Partagez | 
 

 Just crushing with desire. PV

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Avatar : Margot Robbie
avatar
Fondatrice & Queen Of Chaos
Harleen Quinzel
MessageSujet: Just crushing with desire. PV   Dim 14 Aoû - 0:06


Just crushing

with desire


Le Joker

Elle partit, claquant brusquement la porte derrière elle. Sa silhouette se découpait alors dans la cage d'escaliers, dévalant les marches avec précipitation. Elle bouscula au passage une vieille dame au dos courbé, qui traînait derrière elle son chien à la même allure fatiguée. Celle-ci s'insurgea aussitôt sur le respect des aînés, la bienséance, et toutes ses valeurs qui avaient depuis bien longtemps quitté le corps d'Harley Quinn. Elle filait déjà à travers l'entrebâillement de la porte, sous le regard haineux de la voisine de Gwen, toute bouleversée. Gwen n'était autre que le grand frère d'Aelys, alias la planque. A leur évasion, les deux jeunes femmes s'étaient rendues chez ce grand gaillard, que sa gentillesse perdrait un jour. Il ne savait dire non, son amour fraternel envers Aelys était trop fort pour qu'il la rejette, et ce qu'importe la folie qui s'était installée dans sa tête. Harley profitait donc de la faille de ce héros raté pour se rendre chez lui à chacune de leur évasion. Brèves évasions, mais toujours assez longues pour qu'elle ait le temps de prendre des nouvelles du Joker. Qui était-il? Personne ne le savait vraiment. Il était un homme, parmi tant d'autres, que la nature avait rendu merveilleux aux yeux de la belle blonde. Celle-ci, chez Gwen, avait eu l'occasion de se doucher, et n'ayant d'autres vêtements que ceux de l'asile, s'était servie d'une chemise violette et d'un short vert kaki de son hôte. Flottant dans ces habits trop amples, elle se baladait dans la rue, frôlant les bâtiments avec un air rêveur et innocent, errant tel un chat de gouttière qui retrouvait peu à peu ses marques après quelques mois à la fourrière. Quelques hommes lui souriaient gentiment, sans se douter qu'en un coup de batte, elle les aurait volontiers remis à sa place. Elle jouait avec les pointes bleues d'une de ses couettes, faisant tournoyer la mèche sur elle-même sans s'en lasser. Dans son autre main, le poing fermé, elle gardait précieusement un morceau de papier chiffonné. Une adresse. Un rendez-vous en réalité. Elle l'avait appelé tant tôt la veille, plus excitée que jamais à l'idée de le retrouver. Et elle était là, ébahie devant les néons du bar. Une boîte. A l'entrée, un homme d'une carrure imposante accompagné de quelques vigiles sélectionnait les personnes autorisées à rentrer. Il la regarda de haut, avec cet air de domination que les hommes se donnaient le droit d'avoir sur toute femme. Harley  Quinn ne fit que sourire, ignorant le regard de jugement qu'on posait sur son corps. Il lâcha, en saisissant un bout de sa chemise pour l'examiner:

" Voyons, ma poulette. Tu ne viens pas habillée comme ça?
- Tu crois qu'il me parle? Mais nooooooon. Oh qu'elle est canon cette cravate. Quoique. Berk, non, hihi! Je crois qu'il aime bien le violet. Ca va bien avec le vert, le violet! Oui, il va adorer. Bon, vous me faites entrer, là?
- Tu me parles sur un autre ton, allez, tu dégages.
- C'est monsieur J qui veut me voir. Ahaha, tu fais moins le malin, hein! Je veux voir mon poussin! Alors, grouillez-vous. ", déclara-t-elle fièrement.

A l'entente de ce pseudonyme, sans hésiter, le vigile auparavant adossé au mur lui saisit l'avant-bras et la mena à l'intérieur où une musique au rythme festif se répandait. Le parfum d'alcool, et l'odeur du tabac était imprégné dans les pièces où toutes les lumières vinrent assaillir ses yeux bleus plissés face à de tels flash. Le vigile, entre deux chansons lui glissa quelques excuses avant d'immédiatement lui apporter une robe. Courte, et moulante, évidemment, comme pour toute fête. Celle-ci étincelait de mille feux sous ses paillettes de bleu et d'argent. Après s'être maladroitement changée derrière la silhouette imposante de son nouveau protecteur, elle arriva vacillant après les premiers pas sur ses hauts talons. Cette sensation l'avait quitté depuis bien longtemps. Celle d'être belle. Celle d'être libre. Celle d'être Harley Quinn, dans toute sa splendeur. La traitant comme reine de la soirée, on l'intima à se rendre dans les suites des plus prestigieuses où se trouvait celui qu'elle attendait avec tant d'impatience qu'elle en frappait ses mains d'euphorie. Et là, il était assis sur le canapé. Des bagues flamboyantes couvraient ses doigts qui entouraient son verre. Sa chevelure anormalement verte était plaquée soigneusement à l'arrière de son crâne. Il se retourna alors qu'elle surgissait des rideaux de perles. Courant jusqu'à lui, elle vint se poser à califourchon sur ses genoux, venant l'embrasser d'une fougue incroyable. Les vigiles, comprenant qu'ils étaient de trop s'espacèrent faiblement, attendant le signe de se dissiper de la part du grand, impitoyable, et incroyable Joker.

" Mon poussin, mon poussin! "

Les mains nouées autour de la nuque de son compagnon, elle poursuivit son baiser enflammé, caressant du bout du pouce les quelques mèches verdâtres qui couvraient sa nuque. Puis, afin de sentir pleinement la douce odeur de son amant, elle déposa ses lèvres sur le cou du Joker qui ne l'avait encore repoussé, gardant le visage enfoui au dessus de son col.


Code by AMIANTE


one thousand lonely stars
i've died a thousand times ✻ Il savait bien pourtant que ce n’était pas une apparition, que les morts ne reviennent point, et que son âme malade, son âme obsédée par une pensée unique, par un souvenir inoubliable, était la seule cause de son supplice, la seule évocatrice de la morte ressuscitée par elle, appelée par elle et dressée aussi par elle devant ses yeux où restait empreinte l’image ineffaçable. - Maupassant..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gotham-needs-you.forumactif.org
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Just crushing with desire. PV   Dim 14 Aoû - 16:30


Just crushing

with desire


Harley Quinn

Son atout le plus précieux était sortit de prison, sans son aide. Et il lui avait donné rendez-vous dans ce club. Pourquoi ce club en particulier alors que le Joker possédait quasiment tous ceux de la ville ? Parce que celui-là était le plus grand, le plus populaire, le meilleur. À l'image du Prince du Crime. La musique à fond, des éclairages de couleurs différentes qui s'allumaient et s'éteignaient au rythme des beats de la chanson. Son empire était bâti sur ce genre de lieu. Il était fier, et habillé de son style vestimentaire déplacé, jouant sur le fait qu'il était riche, mais tout de même un gangster. Le bling-bling se présentait sous forme de bagues en or et argent, d'une canne au pommeau d'or, comme les plus fameux des rois.

Il avait donné des instructions précises à ses hommes. Il attendrait Harley dans une des suites derrière le club, là où la musique serait moins forte et où il y aurait moins de personnes. Il l'attendrait en compagnie de quelques uns de ses collaborateurs, pour éviter qu'elle ne pense qu'il n'attendait qu'elle, pour montrer qu'il avait d'autres choses importantes à faire. De plus, quand elle arriverait, les hommes d'affaires verraient qu'il possède Harley Quinn, et l'envieraient. Il aura alors le contrôle sur deux situations. Sur toutes les situations. Comme d'habitude, comme toujours. Il savait par ailleurs qu'elle ne viendrait pas habillée de sa robe la plus sexy, ils étaient donc chargé de l'emmener se changer avant de se présenter. Que penseraient ses rivaux s'ils voyaient débarquer un torchon dans la pièce ? Par ailleurs, elle entrerait d'un côté qui forcerait l'oeil de ses interlocuteur à se diriger vers elle et sa splendeur.

Il écoutait alors d'une oreille distraite le discours ennuyeux à mourir de ce représentant de je-ne-sais quel domaine. Le Joker commençait à légèrement s'irriter. Il prit une gorgée de rhum et reposa violemment le verre sur la table basse, provoquant un mini-tsunami d'alcool.

- Bla, bla, bla ! l'interrompit-il. Putain d'ennuyeux. Ce n'est pas tout ton charabia qui te mèneras quelque part ! (Il se rapprocha dangereusement de son interlocuteur, la tête légèrement penché sur le côté, les yeux exorbité comme à son habitude.) Qu'est-ce que tu veux exactement, petit humain ?

L'homme déglutit, légèrement déstabilisé par la proximité du criminel. On lui avait pourtant prévenu qu'il serait difficile de négocier avec le Joker. Celui-ci d'ailleurs n'avait nullement l'intention de lui donner quoi que ce soit, c'était ça la blague. Il s'amuserait un peu avec lui, lui montrerait ce qu'il possède, ce qu'ils n'ont pas, puis les jetterait dehors comme si de rien n'avait jamais été.

Elle s'éloigna alors de son interlocuteur, pour le laisser répondre, et pris son vers en main. Alors Harley Quinn entre en scène, accompagnée d'un de ses vigiles. Il sourit en la voyant, d'un sourire malicieux. Il l'attendait. Ils allaient enfin s'amuser un peu. Elle courut le rejoindre, alors il ouvrit les bras comme pour l'accueillir, et pour qu'elle ne renverse pas le verre qu'il avait à la main. Il échangèrent alors un baiser fougueux. Ils ne se gênaient pas, ils ne se gênaient jamais devant qui que ce soit, ça faisait parti d'eux.

- Mon poussin, mon poussin ! s'exclamait-elle.

Il rit de d'euphorie avant qu'Harley ne vienne l'embrasser de nouveau. Il la laissa faire, bien qu'il aurait voulu lui parler quelques petites secondes. Elle se détacha alors de lui pour venir enfouir son visage dans son cou. Il en profita alors pour s'adresser à elle.

- Chérie, j'aimerais que tu dise bonjour à mes invités, lui dit-il en regardant droit dans les yeux ses invités.

Il était le maitre du jeu, c'était incontestable, et il faisait ce qu'il voulait, ce qu'il lui chantait. Et ils allaient jouer un peu.




Code by AMIANTE



H.J:
 
Revenir en haut Aller en bas
Avatar : Margot Robbie
avatar
Fondatrice & Queen Of Chaos
Harleen Quinzel
MessageSujet: Re: Just crushing with desire. PV   Dim 14 Aoû - 22:21


Just crushing

with desire


Le Joker

Harley, interpellée par le Joker releva immédiatement le bout du nez, un sourire charmant ornant ses lèvres. Des invités. Oh... Il avait donc bien à faire malgré l'absence de son amie. Au moins, il ne traînait pas avec quelques sublimes brunes pour satisfaire ses besoins. Des idiots qui pensaient avoir leur chance face à la grandeur du beau fou. Ils voulaient jouer sans se douter qu'il avait déjà gagné. Elle retira sa cuisse auparavant posée sur celle du Joker pour la replier contre sa poitrine, en s'adossant au coin de la banquette. Face à elle, plusieurs hommes. Un au centre, le chef de la bande. Pas très costaud, sans être maigrichon, un adversaire moyen dans le cas d'une mauvaise négociation. Ce qui était toujours le cas avec le Joker, les négociations ne finissaient qu'en bains de sang. Ou, il n'y en avait pas.

Le Joker avait cette prestance qui savait faire craquer la belle blonde. Ce qu'ignoraient ces hommes à l'allure prétentieuse était que d'ici peu, leurs paupières seraient lourdement closes, et leur coeur vide de tout rythme. Quant au rythme, les hanches de Harley s'y roulaient sous le tissu pailleté, fermant parfois les yeux pour rester dans cette ambiance chaude, presque sensuelle que la musique avait pour but d'offrir. Hors de la suite, on entendait les rires et les cris que l'alcool faisait jaillir de chacun. Entre deux éclats de rire aiguës, elle se décida à saluer les invités de son compagnon qui le lui avait précédemment intimé:

" Bonjour! Bonjour, bonjour, bonjour. Harley. Harley Quinn. Vous parlez affaires, alors? Il fait peur, mon poussin, hein. C'est mon monsieur J à moi, hi hi!

Aussi déjantée qu'elle puisse paraître, ses interlocuteurs ne lui firent aucun commentaire. Si cette fille était folle, elle était au moins jolie. Et ça suffisait à montrer le bon goût du Joker. Elle râla finalement sur le fait que personne ne lui eut encore payé un verre, ce qu'un bref mouvement de main, un inconnu régla. Le chef de la bande. Il semblait perplexe, du moins désemparé face à cette nouvelle venue. Le Joker avait déjà commencé à jouer, et il possédait encore une fois tout les jetons. Elle porta enfin le verre à ses lèvres dont le rouge commençait à s'estomper sous la fraîche liqueur pétillante sans se douter de ce qu'on aurait pu y glisser. Qu'importe, ils devaient sûrement le savoir. Si on touchait à l'impératrice, l'empereur du mal saurait largement se venger.

Jouant de ses talents d'acrobate, une jambe pliée, elle tendait et repliait l'autre d'un air amusé, n'écoutant que vaguement les propos dits. Et lentement, elle se releva pour se mettre au dos des quelques invités. Accoudée au canapé, la poitrine posée doucement sur le tissu mou, les cheveux cascadant sur ses épaules minces, elle approcha son visage de l'un des membres de la bande. D'un bref mouvement,  elle avait avancé ses lèvres du creux de son oreille et lui demandait d'une voix suave, non sans rire:

" T'as peur..? Vaudrait mieux lui obéir, tu sais... Hein, mon chou. Faut toujours obéir à monsieur J. "

Caressant du bout de ses ongles vernis son menton couvert d'une légère barbe, elle déposa une simple bise sur sa joue avant d'enjamber le canapé pour se mettre une nouvelle fois sur le canapé où était dignement installé le Joker qu'elle ne pouvait s'empêcher de dévorer des yeux. Elle l'aimait, l'adorait, l'adulait. Elle vivait pour lui autant qu'elle en mourait. Harley préféra cependant revenir se blottir dans les bras du Joker. Elle reprit finalement le verre qu'elle avait tantôt déposé sur la table. Passant le bras de celui ci sur son épaule dénudée, elle revint le couvrir follement et amoureusement de multitudes de baisers. Montrer au monde son amour. Montrer au monde da dépendance. Être fière de son compagnon. Et le prouver.


Code by AMIANTE




one thousand lonely stars
i've died a thousand times ✻ Il savait bien pourtant que ce n’était pas une apparition, que les morts ne reviennent point, et que son âme malade, son âme obsédée par une pensée unique, par un souvenir inoubliable, était la seule cause de son supplice, la seule évocatrice de la morte ressuscitée par elle, appelée par elle et dressée aussi par elle devant ses yeux où restait empreinte l’image ineffaçable. - Maupassant..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gotham-needs-you.forumactif.org
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Just crushing with desire. PV   Lun 15 Aoû - 20:55


Just crushing

with desire


Harley Quinn

Le sourire si singulier du Joker était toujours collé à ses lèvres tandis qu'Harley se présentait à ses invités. Ils ne rendaient peut-être pas compte du danger que pouvait représenter Harley s'ils s'attaquaient à lui. Mais apparement ils avaient conscience du danger que le Joker représentait s'ils touchaient ne serait-ce qu'un cheveux d'Harley. Ils ne la regardaient presque pas, ne firent aucun commentaire. Il pouvait les sentir tendus. Il est vrai qu'être entouré de psychopathes cinglés pouvait rendre quelqu'un de normalement sain un peu nerveux.

Le clown commenta qu'on apporte un verre à Harley d'un signe de la main quand celle-ci se plaignit de ne pas en avoir. Les verres qui se trouvaient dans la salle étaient les moins précieux, en vue d'une probable casse. Portant ses deux mains sur le pommeau de sa canne, il fixa son interlocuteur en penchant la tête, attendant une réponse. Remarquant que celui-ci observait un peu trop longuement sa possession qui s'exerçait à la gymnastique, il frappa sur la table avec sa canne.

- Alors ? demanda-t-il doucereusement, sans trop élever la voix cependant, pas encore.
- Euh, oui. (Il se racla la gorge.) Nous avions donc pensé, mon patron et moi, que nous pouvions faire une sorte d'accord.

Le Joker hocha lentement de la tête de haut en bas, puis de gauche à droite. Il rit alors à gorge déployée pendant un instant avant de s'arrêter net, et reprendre une expression plutôt contrariée. Un gars voulait passer un accord avec le Joker, et il ne se pointait même pas ? C'était se foutre de la gueule du Prince du Crime, ça. Et personne se fout de la putain de gueule du Prince du Crime ! Il se pencha alors pour attraper l'homme par le col, le soulever jusqu'à ce que leurs visages soient relativement proches.

- Et pour qui Diable se prend ton patron ? cria-t-il d'une traite. Il t'envoie toi à sa place et il ose me demander un accord?

Il repoussa sa victime à sa place initiale, le lâchant par la même occasion. Le Joker se rassit calmement à sa place, raccommodant légèrement sa chemise. Harley vint alors se placer à côté du vaurien, probablement pour le menacer. Il la laissa faire, puis reprit avec son sourire dément.

- Qu'il vienne me voir lui-même plutôt que d'envoyer ses cochons à sa place, cracha-t-il avec mépris. Où est-ce qu'il aurait peur du grand Joker ?! T'as peur, toi, du grand Joker ? lui demanda-t-il presque en criant.

L'homme déglutit et secoua la tête frénétiquement. Ses autres hommes, debout près de la sortie avaient l'air de plaindre leur supposé supérieur. À cette réponse, le Joker porta une main sur son buste et adopta une expression outrée.

- Quoi ? Je suis pas assez effrayant ? dit-il ironiquement d'une petite voix.

Il roula sa tête sur un côté. Il regardait désormais son interlocuteur d'un regard menaçant, impression qu'il accentua en baissant le menton, fronçant les sourcils.

- Ai-je vraiment besoin de devenir plus effrayant ? menaça-t-il d'une voix grave.

Il avait presque oublié Harley qui, assise près de lui, rigolait bêtement, avec espièglerie, devant la tête que tirait le monsieur. Le Joker voulait en arriver là, à devoir devenir plus effrayant. À devoir devenir complètement flippant. Il voulait que même les valets à la porte qui attendaient sagement que leur supérieur se fasse martyrisé se pisse dessus d'épouvante. Et il comptait bien profiter du retour d'Harley pour ce faire. Ce serait son cadeau de bienvenue.




Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Avatar : Margot Robbie
avatar
Fondatrice & Queen Of Chaos
Harleen Quinzel
MessageSujet: Re: Just crushing with desire. PV   Mer 17 Aoû - 13:11


Just crushing

with desire


Le Joker

Comme une enfant amusée par les grimaces de son père, Harley riait, la bouche couverte par sa main qui étouffait la énième preuve de sa bonne humeur. Le Joker la faisait rire quand il s'attaquait à autrui, elle craignait simplement et perpétuellement le moment où il se retournerait contre elle. La réaction se l'homme qui négociait vainement pour un accord était d'ailleurs hilarante aux yeux de la fraîche évadée. Le teint qui pâlit, sauf les tempes qui rougissent, les lèvres qui balbutient à la recherche des mots pour se rattraper. Mais il était trop pour se rattraper, en venant cet homme était déjà tombé. Cependant, il n'y avait pour l'instant que des mots, il manquait les gestes pour Harley. Celle ci, insatisfaite déclara naturellement entre deux bâillements, sans porter préjudice au fait que cela puisse déplaire au Joker:

" On s'ennuie.", affirma-t-elle en se prélassant sur le canapé, ses pieds qu'elle venait de déchausser frôlant d'une façon aérienne le pantalon du Joker.

Il manquait d'action à cette scène que la jeune femme observait sans trop d'intérêt. Le Joker allait encore gagner, et connaissant l'issue de la partie, seuls les détails du jeu pouvaient l'importer. Pourtant, les propos et mimiques du Joker aussi effrayants soient-ils ne suffisaient donc pas à la blonde qui préférait examiner les alentours. Au niveau de la porte, quelques hommes que leur costume délavé desservait, suivaient attentivement la scène, empathiques pour leur supérieur qui passait actuellement un sale moment. N'importe qui face au Joker passait un sale moment. Sauf Harley. Parfois, elle avait le droit à la fougue et la passion de l'homme dont elle était follement éprise. Ce n'était peut être pas l'amour dont elle avait toujours rêvé, mais ça la comblait. Elle finit par saisir ses talons qu'elle avait posé sur la table le temps d'un instant pour les enfiler de nouveau. La gêne n'existait pas. C'était un mot que la compagne du Joker avait rayé de son vocabulaire. Et, elle affichait ce côté privilégié dans le moindre de ses mouvements, avec une légèreté qu'on lui vantait. Le regard vide rivé sur le plafond, une idée pour pimenter la partie vint illuminer son esprit et elle se redressa brusquement. Un sourire béat flottant sur ses lèvres rouges, elle s'écria, toute excitée:

" Jouons. Oh oui, jouons! Tu veux jouer? Oui, oui, oui, oui! Toi, mon loulou, tu commences. Comment tu t'appelles?
- Hum... Nous devrions discuter de no..., sous le regard noir et désapprobateur qu'elle lui lança, il comprit qu'il était préférable de jouer et de se faire bien voir par la belle du Joker qu'un rictus empara. D'accord. Alors... J-jouons. À quoi tu veux jouer, poupée?
- Action ou vérité?
- Va pour action.
- Appelle ton patron et dis lui de nous rejoindre. "

Il déglutit une seconde fois. Ses interlocuteurs loufoques savaient quoi dire pour le déstabiliser. Il hésitait à accomplir cette action qui ne lui vaudrait certainement que les reproches de son supérieur. Harley l'encouragea d'un regard pétillant de malice, prête à jouer elle aussi avec les jouets du grand vilain. Si il la comptait sienne, elle était idiote au point de pouvoir le penser sien. Finalement, l'homme dont elle ignorait encore le nom saisit le combiné et tapota sur le contact. Si il était seul et démuni face au Joker c'était à cause de lui, il méritait donc au moins sa vengeance. Présentant l'écran à Harley, celle ci appuya sur le haut parleur, impatiente qu'il décroche.

" Bip. Bip. Bip.
- Allez, répond. Répond, répond!
- Allô? Ah c'est toi. Ça s'est bien passé?
- Oui boss. C'est moi. J'ai besoin de vous. Monsieur J aimerait que vous veniez.
- T'es con. Si je t'envoie, c'est pour ne pas avoir à venir. Tu gères cette affaire. Et vite, j'aime pas attendre.
- Si vous ne venez pas, il refusera toute négociation.
- Fais chier... Merde, merde, merde!
- Voyons, ne soyez pas grossier. Ce ne sera pas long, promis juré.
- C'est qui à l'appareil? Hé, c'est qui? Répondez putain. J'arrive. "

Le jeu allait enfin vraiment commencer. Elle passa le téléphone déposé sur la table dans le creux de la paume de son propriétaire et, se rapprochant du Joker, elle lui susurra:

" Satisfait..? "


Code by AMIANTE


one thousand lonely stars
i've died a thousand times ✻ Il savait bien pourtant que ce n’était pas une apparition, que les morts ne reviennent point, et que son âme malade, son âme obsédée par une pensée unique, par un souvenir inoubliable, était la seule cause de son supplice, la seule évocatrice de la morte ressuscitée par elle, appelée par elle et dressée aussi par elle devant ses yeux où restait empreinte l’image ineffaçable. - Maupassant..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gotham-needs-you.forumactif.org

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Just crushing with desire. PV   

Revenir en haut Aller en bas
 
Just crushing with desire. PV
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bite me, it's a naughty desire ▬ Melody
» ANTONIO DIT TONIO EX UFO ADOPTE
» La vouivre
» The Miz Vs Big Show
» The Miz Vs Batista Vs Chris Jericho

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham needs you :: Gotham City :: Middle Town :: Commerces et boîtes-
Sauter vers: