Partagez | 
 

 Waiting For Moonlight _LIBRE_

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Avatar : Elizabeth Olsen
avatar
Co-Admin & Justice Girl
Evangeline Hall
MessageSujet: Waiting For Moonlight _LIBRE_   Sam 10 Sep - 16:28



Waiting For Moonlight


Et je me reveilla.

Transpirante et essouflée de se que je venais de vivre dans mon rêve, je me retrouvai dans Crime Alley. Il devait être pas loin de trois heures de matin au vue de la fréquentation de la rue et de la couleur du ciel. Il faisait nuit noire. Ce n'était pas la première fois que je me réveillais dans la rue. Cela arrivait de plus en plus souvent,  à mon grand desespoir et je ne savais pertinement pas pourquoi j'étais somnambule. Certains psychiatre et psychologue diraient que c'est à cause de mon lourd passé, d'autres médecins en tous genre me traiterait de taré et m'enverraient à nouveau à Arkham.

Mais je n'étais pas folle. Je ne voulais pas y retournée.

C'était toujours le même mauvais rêve. Je marchais le long de ce couloir sombre, une porte devant moi, renvoyait au seul échapatoire de l'asile,et pourtant, plus j'avançais et plus la porte s'éloignait, me laissant alors aller dans l'espoir qu'un jour, je l'ouvrirais. C'est au moment où je tourne la poignée après avoir enfin réussis à attraper la sortie que je retrouve ma mère, bourrée, hurlant que je suis un monstre. A ce souvenir, mes mains se mirent à tremblées et je laissai mon pouvoir sortir, balayant une longue trainée de béton devant moi. Je devais me resaisir. Par chance, personne ne vit ce que je venais de faire.

Je ne suis pas un monstre.

Quoi qu'il en soit, je me retrouvai alors sur Crime Alley, ma tenue de flic sur le dos me prouvait qu'encore une fois, j'avais dû m'endormir sur mon bureau. La marche un peu somnolente, je m'étais dirriger vers gauche pour sortir de la rue et rentrer chez moi. L'air était doux et j'aurais pu rester éternellement dans cette allée. Une personne passe à côté de moi, je l'a bouscule avec mon épaule. "Pardon" soufflais-je, je me retournai pour lui faire face, un petit sourire sur les lèvres. "Pas commun de trouver quelqu'un ici à cette heure-là, n'est ce pas?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bigbanguniverse.forumactif.org/
Avatar : Margot Robbie
avatar
Fondatrice & Queen Of Chaos
Harleen Quinzel
MessageSujet: Re: Waiting For Moonlight _LIBRE_   Dim 11 Sep - 22:46


Wainting for moonlight


Evangeline Hall & Gabriel Felton & libre

Son oreiller était baigné de larmes. Son nez encore reniflant était coincé contre son matelas désormais couvert d'une tâche humide répugnante. Elle passa brièvement le revers de sa main au dessus de ses lèvres pour essuyer son visage dégoulinant. C'était une Harley, le corps nerveusement recroquevillé, qui blottie sous sa couette, déversait toute la douleur qui occupait son esprit. Ses rêves étaient réduits à néant. Une énième fois. Ils renaissaient pourtant toujours avec ce vain et idiot espoir qu'un jour, ils se réaliseraient. Des rêves incohérents d'amour. et de tendresse où le bien triompherai sur sa folie et celle de son compagnon. Elle saisit d'entre ses doigts fébriles son front sur lequel un filet de sueur coulait, des gouttes d'effort perlant aussi aisément que la pluie s'échappant des nuages. Elle marmonnait des mots, des murmures sans sens ni raison. Le bruit saccadé de sa respiration irrégulière se fondait sous le rythme d'une chanson des années cinquante qui s'échappait du poste. Alors, elle chantait. Timidement, puis fortement. Entre deux sanglots, elle glissait:

" I've got this burning, burning, yearnin' feeling inside me. Ooh deep inside me. And it hurts so bad... ", concluait-elle en reprenant plus intensément ses pleurs stridents.

Il fallait sortir. S'échapper de ce matelas où seuls cauchemars et faux espoirs l'attendaient. Il fallait respirer, le temps d'un instant. S'échapper de l'étreinte suffocante de monsieur J pour quelques heures, quelques minutes ou simplement quelques secondes pour se rendre compte à quel point elle l'aimait. D'un amour irraisonnable, trop fort qui finirait sûrement un jour par la tuer. Elle se consumerait d'amour pour un être qui la détestait. Triste destin. Ce fut sous cette pensée tragiquement véridique qu'Harley, enfilant une veste en cuir, sortit de l'appartement de Gwen où elle avait élu domicile pour un temps. Ses couettes habituellement si bien nouées pendaient avec lassitude sur ses épaules. Sa silhouette, aussi jolie soit-elle, était méconnaissable dans l'ombre de la nuit. Aux environs de trois heures du matin, qui aurait pu imaginer croiser une folle issue de l'asile? Sûrement personne.

Ainsi, se baladait désespérément la jeune femme, traînant des pieds sur le goudron froid et sec. C'était laid. Tout alors était laid. Comme si la vie avait perdu les couleurs qui l'avaient un jour paré, et qu'elle n'était plus qu'un film en noir et blanc, défilant sous les regards désemparés de ses acteurs. Ce qui était un jeu semblait être perdu pour Harley, qui mécaniquement se dirigeait vers Crime Alley. Suite au dernier meurtre connu, peu de personnes s'y rendaient, ce qui permettait à la jeune fugitive d'y aller sans la terrible peur d'être ramenée à Arkham. Elle ne voulait pas y retourner. Plus jamais. Cette liberté qui frôlait son esprit, quitte à ce qu'on la lui vole, Harley espérait que le Joker en soit le maître. La batte dans une main, elle faisait traîner celle-ci sur le sol marchant de cette façon lasse qu'on ne lui connaissait pas. Toute la joie qui faisait Harley s'était évanouie. Harley était tourmentée par une Harleen, qui de sa voix timide, l'incitait à partir. Tout foutre en l'air. Tout quitter. Adieu Gotham. Mais, elle ne pouvait plus, elle avait fait le pas de trop. Elle n'était plus Harleen.

Et pourtant, dans cette rue déserte, une ombre. Une silhouette féminine. D'un regard en biais qu'elle lui jeta, la blonde excentrique l'examina. Une jeune femme brune. Belle. Ses hanches étaient creusées d'une telle façon qu'on y rêvait d'y voir une main. C'était une femme avec de l'avenir. Libre et indépendante, comme le prouvait sa veste bleu clair. Une flic. Fallait-il rentrer avant de se faire remarquer? Non, il fallait se défouler. Surtout, lorsque s'approchant de quelques pas, Harley finit par reconnaître Evangeline Hall. Sacrée Evangeline.  Auparavant patiente à Arkham, elle avait changé sa combinaison dégradante pour un blason noir et redondant. Jamais patient ne pourrait lui pardonner ce retournement de situation. Harley, qui ne l'appréciait déjà peu, ne put que pousser un cri d'effroi, caché par ses paumes de main, en revoyant cette femme devenue ennemie dès lors qu'elle fut des forces de l'ordre. D'une marche cette fois décidée, elle se dirigeait vers Evangeline, bousculant son épaule d'un air innocent.

" Ah non, pas commun du tout, du tout! ", s'amusa-t-elle à dire en brandissant sa batte.

Vainement, elle tenta de l'assaillir de coups que la demoiselle, aussi surprise soit-elle esquiva sans problème. Battant son arme dans le vent, Harley finit par s'adosser quelques mètres plus loin à un poteau. Elle s'égosilla de sa voix tremblante d'émotions:

" Fais pas mine d'être choquée! T'es aussi folle que moi. Hein, hein? Hein que tu l'es?! Ca sert à rien de te cacher sous ton uniforme. T'es qu'une lâche! "

Elle essuya de ses paumes de main ses cils couverts de larmes, et s'accrochant encore plus fermement à sa batte, elle se redressa. Un air de défi ornait son regard bleuté qui se plongeait dans celui d'Evangeline. Ses doigts tremblotants se glissaient dans ses cheveux blonds, maintenant anxieusement son crâne. Elle disait des choses, d'une voix inaudible, répondant certainement aux personnages imaginaires qui comblaient son esprit. Elle ne savait que faire. Un semblant de combat était entamé, pourtant son coeur brisé semblait à l'heure incapable de se battre au nom de monsieur J. Elle lâcha un profond soupir d'exaspération, ne jetant que quelques coups d'oeil inquiets à la silhouette de l'héroine. Sous ce voile nocturne, nul doute que cette dispute mènerait à bien plus que des reproches en l'air.


Code by AMIANTE


one thousand lonely stars
i've died a thousand times ✻ Il savait bien pourtant que ce n’était pas une apparition, que les morts ne reviennent point, et que son âme malade, son âme obsédée par une pensée unique, par un souvenir inoubliable, était la seule cause de son supplice, la seule évocatrice de la morte ressuscitée par elle, appelée par elle et dressée aussi par elle devant ses yeux où restait empreinte l’image ineffaçable. - Maupassant..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gotham-needs-you.forumactif.org
 
Waiting For Moonlight _LIBRE_
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 05. What the hell are you waiting for.
» Forum : moonlight city
» Waiting for the miracle to come - Prio Morpheus.
» Moonlight Sonata
» Waiting for the Grand BAYAKOU

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham needs you :: Gotham City :: North Gotham :: Crime Alley-
Sauter vers: