Partagez | 
 

 Destroy everything industrial [with Batman & Evangeline]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Avatar : Luanna Perrez
avatar
Rose's thorn
Poison Ivy
MessageSujet: Destroy everything industrial [with Batman & Evangeline]   Sam 10 Sep - 21:39

Destroy everything industrial

Poison Ivy & Batman & Evangeline



Cette ville. Un ramassis d'ordure et de produits chimiques ignobles. Dire qu'il n'y a presque aucune plante qui vit en ces terres. Sauf peut-etre dans mon jardin. Ne vous en faites pas mes amours, maman est là pour s'occuper de votre bien-etre.

En commençant par détruire la plupart de ces ignobles industries ou en exterminant leurs dirigeants.

Enlevant mes vetements, je retrouvais mon habit naturel de feuilles de vignes et de roses, qui avaient naturellement poussé sur moi, après toutes ces années. Je suis une plante, comme elles. Je suis mère nature en personne, c'est simple.

J'ai décidé de commencer mon parcours par la Royal Product Industry, autrement dit la plus grande raffinerie de Gotham. Mes enfants et moi allons la coloniser et détruire tout ces produits par des toxines. Et la faire exploser. Surtout la faire exploser, afin que rien ne reste et que la nature reprenne son droit.

Sortant de ma serre, c'est sur les toits que je me balade dans Gotham. Je ne dois pas etre repérée. D'après ce que j'ai lu sur internet, il y aurait un justicier qui protégerait la ville. Un justicier, pas une justicière. Saleté de mysoginisime constant. Mes bébés et moi-meme, nous arriverons rapidement à lui faire manger la poussière.

J'y suis. Ce grand bloc de béton sous mes pieds, ne sera bientot qu'un tas de poussière. Ouvrant une trappe, je descends le long de liane en direction d'une passerelle. Tout se passe à merveille.

Une fois dans une cabine, je viens doucement embrasser de mes lèvres pulpeuses, celles du gardien. Celui-ci s'endort doucement, tombant sur le sol, tandis que mes filles l'enroulent pour ne pas qu'il s'échappe. Je continue alors mon chemin en direction des cuves.

Nous y voilà. Je sors ma fiole et étire un sourire digne du joker, que j'ai vu à la télévision. Quand soudain, une forme noire apparait devant moi.

Un homme. Sans blague.


- Tiens donc... J'ai enfin l'immense honeur de rencontrer le grand justicier de Gotham... Batman, je suppose?

DEV NERD GIRL





We are really bad girls.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Avatar : Christian Bale
avatar
The Dark Knight
Bruce Wayne
MessageSujet: Re: Destroy everything industrial [with Batman & Evangeline]   Sam 10 Sep - 23:20

Destroy everything industrial



Monsieur ?

Le pyromane tenta une dernière fois de feinter son opposant, manifestement fait d'ombres solides. Peine perdue. Tandis qu'il amorçait un geste vers sa gauche, prévoyant de frapper à droite, une lourde semelle termina son arc de cercle dans l'articulation de sa mâchoire. Voltigeant en l'air, le malfrat s'effondra face contre terre, son briquet roulant loin de la flaque d'essence. Tout juste essoufflé, Batman confirma à son interlocuteur qu'il était à même de l'écouter.

Du nouveau, sur notre mystérieux assassin au lys blanc ?

Non. Il s'agit d'une intrusion dans la raffinerie de la RPI...

Le Batplane survola à basse altitude la zone d'Amusement Miles, où patrouillait le chevalier noir. D'un tir de grappin, le justicier hameçonna l'aéronef, et se laissa tracter vers le sud-ouest de la ville, dans le secteur industriel. La Royal Product Industry... Entre des mains criminelles, cette gargantuesque raffinerie pouvait être transformée en gigantesque bombe incendiaire. En son for intérieur, Bruce souhaita ardemment que le responsable ne soit pas le Clown, ou l'un de ses sbires.

... D’ailleurs, je me permet de vous rappeler que leur PDG pourrait voir d'un très mauvais œil le fait que tout le système d'alarme du complexe commence par déclencher un signal dans notre réseau privé avant d'alerter la police, monsieur.

Fit valoir le majordome, en s'adressant plus à lui-même qu'à son protégé. Pour Bruce, la précaution avait paru évidente. Lui pouvait stopper des criminels dangereux que le GCPD ne saurait neutraliser à temps. S'assurer de toujours avoir un coup d'avance sur les forces de Jim Gordon, c'était éviter que des patrouilles mal formées ou peu préparées finissent massacrées par un guet-apens que Batman aurait vu venir de loin.

Balloté par le batplane, la cape toute déployée pour filer dans le sillage de son jet noir suréquipé, le combattant du crime se prépara mentalement à une confrontation. Avec l'accélération et le souffle du vent qui étouffaient sa voix et son audition, il réduisit sa prise d'information à de courtes questions.

Combien ? Quel arsenal ?

On peut redouter le pire... L'intrus est venu seul, en contournant l'entrée principale du rez-de-chaussée. Au vue des détecteurs qui ont été dérangé, je supposerais une arrivée par les airs, ou via les toits. Et rien ne laisse présager d'armes à feu.

Voilà qui ne réjouissait guère l'héritier des Wayne. Il n'existait qu'une seule catégorie d'individus assez confiant en ses seules capacités pour oser pénétrer dans une raffinerie la nuit, sans arme. Ce qui n'augurait rien de bon; mais avait au moins le mérite d'écarter le Joker de la liste des suspects.

Métahumain...

C'est très probable, monsieur. Ou bien un professionnel, que la concurrence de la RPI aurait engagé pour un travail de sabotage.

Avança le majordome, connaisseur du sujet.

Dans tous les cas, le chevalier noir prévoyait que la patrouille du GCPD trouverait ledit intrus assommé et prêt à être embarqué, en arrivant sur le site de la raffinerie. Il décrocha son grappin, et chuta comme une torpille, bras le long du corps, forme noire et fusiforme dans la nuit de Gotham. Comme l'avait présumé Alfred, du ciel, et même avec ses nombreux filtres optiques, la chauve-souris ne décela aucun signe majeur d'effraction.

Dirigez-vous vers la le secteur des cuves, monsieur. C'est là-bas que notre homme se dirige.

Guidé par son opérateur, le quadragénaire déploya ses bras, planant silencieusement au-dessus de la raffinerie. Porté par les courants aériens, il parcourut une longue distance, avant de se poser doucement sur les toits qui protégeaient les précieux cylindres de stockage. Une silhouette humanoïde avait déjà investie les lieux, et tenait dans sa main un objet qui pouvait être un détonateur. En un rien de temps, l'expert en infiltration rejoignit l'intrus, et s’aperçut qu'il s'agissait d'une intruse. Craignant que sa voix, même murmurée, n'alerte la rousse habillée en vert, Batman n'adressa aucun commentaire à Alfred, préférant intervenir sans délai. Le GCPD devait se rapprocher des lieux, mieux valait qu'il en ait fini au plus vite.

Traditionnellement, voir la chauve-souris humanoïde surgir du plafond devant eux terrorisait les criminels. Mais pas la jeune femme, qui avait certes de vert la tenue, mais également l'épiderme. Définitivement identifiée comme une métahumaine elle avait en main une fiole, et salua son interlocuteur avec un calme souverain, typique des individus sûrs de leur avantage. Loin d'imiter Harley Quinn ou Catwoman, l'intruse avait opté pour une thématique végétale à son apparence, en veillant à mettre fermement en valeur sa silhouette. La présumée métahumaine devait donc être liée au végétal, et n'avait pas besoin d'accessoires ou d'armes pour se défendre. Batman préféra noter ses éléments sans doute vitaux, plutôt que de se dépêcher de répliquer une phrase spirituelle à cette rousse. Sur ses gardes, il fit mine d'adopter une posture non-agressive, la main déjà prête à lancer un batarang. Son timbre déformé par le masque grommela un simple :

Lâchez doucement cette fiole.





Dernière édition par Bruce Wayne le Dim 18 Sep - 9:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Avatar : Luanna Perrez
avatar
Rose's thorn
Poison Ivy
MessageSujet: Re: Destroy everything industrial [with Batman & Evangeline]   Sam 17 Sep - 23:53

POISON IVY & BATMAN & EVANGELINE
Destroy everything industrial

Un sourire se dessine sur mes lèvres émeraudes, tandis qu'il me donne son ordre presque directement.

- Oh, petit biquet, tu crois que je vais me plier à tes ordres comme tout ces incapables? Le monde a besoin de vert et non de ces cochonneries de pétrole et autres sources fossiles. Le monde a besoin de la nature pour vivre!

Voyant qu'il ne lachait pas l'affaire, je lachais tout de meme ma fiole dans la grande cuve, tandis que j'ordonnais à mes chéries d'aller attacher cette jolie chauve-souris, mais cela fut un échec cuisant, vu que mes demoiselles touchèrent un produit qui les fit faner instantanément. Je me mis donc à courir, me balançant ensuite de liannes en liannes pour parcourir le batiment le plus vite possible tout en disfusant mes différents fioles dans les cuves. La chauve-souris avait l'air d'avoir pseudo disparue, ce qui me fit rire intérieurement. Aurait-elle peur de la nature?

Mes chéries envellopaient et s'approriaent ce béton, tandis que je montais rapidement sur le toit. Ah, un peu d'air frais. Rien de mieux pour une plante comme moi.

Mais, je sentis soudain comme une présence à nouveau. Il m'avait encore suivit?

Me retournant, je vis la forme à quelques mètres de moi.

- Je vois que tu ne lacheras pas l'affaire batounet. Mais, je ne suis pas méchante à proprement parler. Je suis juste une fille qui veut que la nature reprenne ce qui lui vient de droit.

Et c'est bien là, mon seul objectif. Ancienne Botaniste et toujours active dans ce domaine, j'ai toujours défendu les causes écologiques. Je vote et votais pour les verts, fais du recyclage, nourris mes plantes proprement et sainement. Je suis meme végétalienne! La nature et moi ne formons qu'un et cela depuis toujours. Surtout depuis cette expérience, dont j'ai été le cobaye autrefois. Certes, je devrai hair cet homme qui m'a transformé en végétal, mais au contraire, j'en suis plutot heureuse. Heureuse d'etre enfin ce que je suis vraiment.

Une plante à part entière.

- Alors qu'est ce que tu vas me faire? M'enfermer dans cet asile psychiatrique pour que j'en revienne encore plus forte? Mais, mon petit batsou... Tu sais très bien que cela ne servira à rien.

Mon deuxième plan en marche, je m'approche doucement de mon adversaire et caresse tendrement sa joue. Une autre de mes armes. La seduction.

- Pourquoi un homme grand et fort comme toi, m'enfermerait dans cet immonde hopital? On pourrait combattre le crime ensemble, surtout les crimes écologiques, tu sais?

Pas le temps de le laisser répondre, que j'embrasse tendrement ses jolies lèvres qui diffusent ce poison, dont j'en ai seule le secret. Comme le gardien, il sera hypnotisé et sous mes ordres pendant un petit moment. Alors, autant en profiter.





We are really bad girls.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Avatar : Christian Bale
avatar
The Dark Knight
Bruce Wayne
MessageSujet: Re: Destroy everything industrial [with Batman & Evangeline]   Dim 18 Sep - 11:16

Destroy everything industrial



La carnation et la pigmentation générale de l'intruse aurait dû l'empêcher de passer inaperçue à Gotham. Or, le Détective n'avait encore jamais entendu parler d'une femme verte couverte de végétation, ce qui laissait supposer que cette méta-humaine se terrait loin des regards, ou (plus vraisemblablement) se déguisait pour se déplacer au grand jour – chose qui allait rendre compliquée une identification faciale pour retrouver son nom. L'inconnue exhiba néanmoins une personnalité extrêmement volontaire et vindicative, typique des activistes. Il ne s'agissait certainement pas d'une mercenaire, et le quadragénaire aurait parié que, pour cette rousse, l'argent n'avait que peu d'importance, sinon aucune. Comme suspecté, la thématique florale surgit dans son discours. Le chevalier noir délaissa son batarang pour empoigner à l'aveugle son spray aérosol, initialement conçu pour inactiver chimiquement les poisons du Joker.

Bruce l'avait vu venir : la verdoyante criminelle se garda bien de coopérer. Brusquement, elle laissa échapper sa fiole. Alerté par un mouvement dans son angle mort, Batman esquiva intuitivement l'assaut, et répliqua instinctivement avec son spray. Derrière lui, un amas de lianes menaçantes accueillit l'agression alcaline avec horreur, puisque les plantes toléraient difficilement les variations de pH. Elles moururent aussitôt, mais avaient rempli leur fonction principale : offrir à la militante opposée à la pétrochimie une diversion pour fuir. La fiole, tombée dans une cuve, risquait de n'être que la première de tout un lot, si l'objectif de la demoiselle aux yeux d'émeraude tournait autour de la destruction des énergies fossiles. D'ores et déjà convaincu que cette nouvelle venue auguraient de très mauvaises choses, le chevalier noir s'envola pour la rattraper. Ne pouvant clairement compter sur l’identification faciale, il prit la décision d'analyser la composition du produit utilisé pour saboter les cuves, veillant à récupérer un maximum des tubes translucides avant qu'ils ne sombrent dans les entrailles liquides des énormes cylindres. Pour compliquer la tâche, Bruce devait agir sans se faire voir, car si son adversaire le voyait occupé à pêcher ses créations, elle risquait de l'attaquer de nouveau, et le chevalier noir ne serait pas en mesure de se défendre efficacement. Des tentacules végétaux se multipliaient continuellement autour de cette maîtresse de la Nature, indubitablement métahumaine capable de commander à la sylve. Tant qu'il demeurait invisible, le justicier pouvait être partout, et obligeait cette déviante à rester sur la défensive.

Le GCPD sera bientôt là, Monsieur. Puis-je suggérer que vous teniez cette écologiste exacerbée loin des hommes du commissaire Gordon ?

En grimaçant, son auditeur força sur ses muscles pour repartir sur les traces évidentes du passage de la rousse. Quatre des fioles lâchées résidaient dans un compartiment de sa ceinture multi-fonction, prêtes à une analyse ultérieure. Bruce n'aimait pas laisser des végétaux possiblement agressifs derrière lui, mais désherber la zone des cuves aurait été un gaspillage fatal de temps. Il fallait préférentiellement stopper la responsable (qu'il pourrait toujours interroger par la suite) avant que des victimes n'arrivent à portée de ses assauts d'écorce et de sève.

La silhouette verte, propulsée par ses alliés de la flore, fut en vue alors qu'elle atteignait l'extérieur par les toits de la raffinerie. Lourdement, en produisant volontairement du bruit pour se signaler, Batman se réceptionna à quelques mètres de la fuyarde. Il avait plus tôt démontré que, contre lui, les plantes seraient une perte de temps. Mais cette femme irradiait malgré tout une superbe confiance en elle, ce qui lui souffla de ne pas s'approcher immédiatement. Imperturbable, sereine, elle se livra à un bref plaidoyer en faveur de sa cause, tout en se déhanchant doucement vers son interlocuteur, tentant manifestement de le séduire. Ce dernier masqua derrière une neutralité de façade un moment de relâchement. Il se trouvait à présent en terrain connu ; son expérience allait jouer en sa faveur, puisque le Détective avait été vacciné de longue date contre les numéros de charme des criminelles. En un éclair, il résolut d'entrer dans le jeu de la prétendue "innocente jeune fille" : faire mine de se laisser distraire, puis la mettre hors d'état de nuire lorsqu'elle s'approcherait suffisamment. Le GCPD pourrait alors la cueillir, en débarquant sur place.

À mesure que la tentatrice réduisait la distance entre eux deux, Bruce sentit avec quel naturel la saboteuse endossait le rôle d'une femme fatale. Toute en courbes sinueuses et vêtue pour plaire plutôt que pour intimider, elle possédait un magnétisme certain, et une voix agréable. Le gothamite lambda ne devait pas souvent lui résister, et, à son propre étonnement, le justicier dut se contrôler pour retenir un petit tressaillement d'excitation lorsque la main gantée de son ennemie lui flatta le côté du visage. Elle était douée... N'était pas du tout une débutante, dans ce domaine... Certes, elle faisait comme les autres, lui proposant de devenir son partenaire dans un combat soi-disant juste... Mais pourquoi ne lui avait-il pas encore passé les menottes ?

Un signal d'alarme mental électrisa le célibataire endurci, qui prit soudainement conscience qu'il ne feignait plus d'être sensible au charme de cette métahumaine. Intérieurement déboussolé, il ne s'éloigna pas des lèvres qui vinrent l'embrasser, et décela immédiatement quelque-chose d'anormal. Son propre corps réagissait avec bien trop de spontanéité à ce baiser sulfureux, qui, paradoxalement, était vide de réelle passion. Pour l'héritier des Wayne, l'acte semblait surtout agressif, conquérant ; on l'embrassait comme un vampire plongerait ses crocs dans la gorge nue de sa proie. Sauf que ce baiser avait également un délicieux avant-goût de paradis, et menaçait dangereusement de faire éclater la volonté du milliardaire en une pluie de petites bulles légères et colorées. Prolonger ce baiser aurait été merveilleux, fantastique... Et un plongeon vertigineux vers une fosse accueillante, où toute notion de soucis serait effacée. Ses lèvres féminines lui offraient la béatitude suave, leur fermer l'entrer signifiait un retour douloureux et froid au réel cruel.

Bruce l'avait depuis longtemps fait, ce choix là.

Des deux mains, il rompit brusquement le contact, repoussant aussi loin que possible cette belle plante, envahissante comme un lierre.

Ça suffit !

Aidée par le modificateur de voix, sa réplique gronda avec aplomb dans l'air nocturne. En pensées, le PDG se gifla : si elle l'avait voulu, cette dangereuse individu aurait pu lui planter une seringue dans la carotide pendant que leurs langues s'exploraient. Heureusement qu'elle n'avait pas cherché à le tuer. Croyant avoir toute la maîtrise de lui-même, Batman adopta une posture autoritaire, et articula :

On va voir, si Arkham...

Un premier vertige. Que faisait-il ? Comment osait-il s'adresser à pareille créature sur ce ton ? Plus il la regardait, et plus il la trouvait somptueuse, désirable, digne de voir ses désirs réalisés dans l'instant. C'était pourtant une criminelle... Tant avant elle s'étaient montrées aussi plaisantes, et pourtant, coupables d'atrocités et de multiples violations de la loi. On ne pouvait allouer un passe-droit à certaines, au seul argument qu'elles étaient attirantes.

... Si Arkham... Vous rend vraiment...

Nouvelle série de vertiges. Ses pulsions les plus primaires lui hurlaient de traiter la rousse avec égard, de tout faire pour lui plaire. Sa conscience entraînée, elle, criait à la tromperie ; les deux messages contradictoires menaient une bataille acharnée dans le cortex du chevalier noir, embrumant ses réflexions. Il devait agir, ne pas rester planté là, à bafouiller et rouler des yeux en lorgnant sur les régions attractives du corps de celle qu'il devait arrêter. Alfred parlait dans son oreille, mais ses mots n'avaient pas le moindre sens... La voix féminine, suave, entêtante, noyait toutes les autres de son timbre mélodieux.

Arrêtez... Ça !

L'ordre manquait de prestance et de conviction, surtout venant d'un Batman aux yeux vitreux, et à l'articulation amollie. Incapable de déterminer d'où venait sa soudaine perte de repères (s'agissait-il d'un pouvoir sonore ? Olfactif ? Visuel ?), l'homme en noir somma dans le vague celle qui lui faisait face, avouant implicitement qu'il ignorait totalement ce dont il subissait les effets.




Dernière édition par Bruce Wayne le Dim 25 Sep - 17:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Avatar : Elizabeth Olsen
avatar
Co-Admin & Justice Girl
Evangeline Hall
MessageSujet: Re: Destroy everything industrial [with Batman & Evangeline]   Jeu 22 Sep - 16:54



Destroy Eerything Industrial


« Nature is queen, but every rose had it thorn and we must be careful of what we see all the day»

Il n'était pas loin de deux heures du matin quand le téléphone d'Evangeline sonna, elle avait eut du mal à décrocher tant elle était dans ses songes. Non. La demoiselle ne dormait plus depuis longtemps, ou du moins, elle n'avait pas dormit depuis longtemps. La nuit était son cauchemar. Elle s'asseyait dans son lit, seule, et se remémorait les jours dans sa triste celulle d'Arkham. Parfois, elle regardait ses mains et s'amusait à faire tourné des cadres ou des objets qui trainaient sur sa table de nuit, sans les toucher. Un Monstre. Ce n'était pas vraiment ce qu'elle pensait d'elle, mais les autres, sans doute que si.  

En tous cas, tous ça pour dire qu'elle avait prit le combiner de son téléphone à la troisième sonnerie. Elle avait entendu à l'autre bout du fil Gordon lui dire qu'il y avait une urgence, qu'on avait besoin d'elle et spécialement d'elle. Okay. Cela voulait tout dire, la GCPD était face à un cas de mutation. C'était toujours à elle qu'on refourgais le "sale" boulot de négociateur. Arrête ça tout de suite, je suis comme toi, viens du côté du bien, et autre phrases bidon qui ne marchait qu'une fois sur deux. Bon sang parfois elle se demandais bien pourquoi elle s'était engagé dans la police.

Elle n'avait pas mit longtemps à rejoindre son équipe de bras cassés près de la Royal Product Industry. Evangline ne trainait jamais par ici, mais il a fallut qu'elle étudit un peu le lieu avant de se lancer dans le plan "sauvons la ville et la mutante". Sans rien montrer aux autres, elle ressentit un odeur de fleur que les autres, à priori, ne sentait pas. Bon, il semblairait qu'ils étaient face à un fleur géant. Un peu de désherbant et le tour serait jouer.

Son équipe et elle firent le tour du batiment à pas de loup, il n'y avait que le silence qui les entourait. Mais très vite, ils entendirent des voix s'élevait dans un des box de l'entreprise. Evangeline se tourna vers ses co équipier en leur indiquant qu'elle y aller, qu'il devait la couvrir si jamais ça allait trop loin.
Elle entra doucement dans le batiment, se cachait derrière de grosses boites en bois. Elle observait, prête à utiliser ses pouvoirs si jamais cela tournait mal, elle vit la jeune femme à la teinte particulière s'élevé dans les airs et aller sur le toit alors que le Batman qui était là, se faisait avoir. Il allait avoir besoin d'aide. Les deux adversaires sur le toit, elle sortit du batiment et demanda à son équipe de dégagé, de se cacher. Elle monta à la hauteur de Batman et de la méta-humaine alors que la chauve souris était en mauvaise posture.

J'gitais mes mains, la boites en bois avec laquelle je metais cacher tout à l'heure sortit et atteigna à une vitesse grand V la jeune mutante aux fleurs. La boite atterissant dans sa poitrine. "Hey la fleur des îles, vient te battre avec une adversaire à ta taille!" Pourquoi avait-elle dit ça? Pour que Batman se reprenne, il était un des suer héros qu'elle admirait le plus et le voir ainsi, ça lui faisait mal. Evangeline était courageuse et n'avait peur de rien au vu de ce qu'elle avait vécut. Elle agita à nouveau ses mains pour former avec un pied de biche qui trainait au loin, par terre, à quelque mètres d'eux, une liane solide pour capturer la jeune femme mais elle ne fut pas assez rapide et la mutante était déjà debout.





- Adrenalean 2016 pour Bazzart

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bigbanguniverse.forumactif.org/
Avatar : Luanna Perrez
avatar
Rose's thorn
Poison Ivy
MessageSujet: Re: Destroy everything industrial [with Batman & Evangeline]   Ven 28 Oct - 19:23

Destroy everything industriaé

Ca y est. Le poison commençait à faire effet et le petit justicier de pacotille commençait à entrer sous mon contrôle.

"Hey la fleur des îles, vient te battre avec une adversaire à ta taille!"

Quoi? Qui ose m'insulter de la sorte? Je me retourne pour faire face à une jeune femme d'une trentaine d'année, je suppose, et vêtue d'une tenue de policière. Tiens donc. On m'a enfin envoyé une adversaire de mon rang. Et une métahumaine à ce que je vois, vu la construction qu'elle créa qu'avec ses mains. Je l'évitais rapidement et envoya Batman sur la jeune femme. Mon nouvel esclave l'attrapa et la captura bien assez vite, laissant ensuite mes bébés la capturer à leur tour et me l'ammener.

-Oh une demoiselle! Enfin! Je ne pensais pas que ces crétins de justiciers allaient enfin m'ammener une des notres. Alors, ma jolie... Tu es du mauvais côté actuellement. Je ne suis pas une méchante comme tout ces crétins qui trainent en ville. Je suis juste là pour le coté écologique. J'imagine que toi aussi ça te touche ce genre de choses. Alors pourquoi pas faire comme batsou et rejoindre ma cause? A trois, nous pouvons détruire tout ces industriels et laisser la nature reprendre ses droits!

Je lâche un petit rire diabolique, avant de regarder mes deux amis simplement, puis ma montre.

- Eh bien... Je crois que tout cela ne va pas tarder à exploser, alors allons-y les petits.

Descendant rapidement du bulding par des lianes, j'emmène mes deux amis avec moi, à presque 500m de l'entreprise.

3....2....1....

BAOUM!

Le bulding a enfin explosé et je finis par éclater de rire. J'ai enfin réussi. Enfin. Déjà une d'explosée.

ft. prénom




We are really bad girls.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Avatar : Christian Bale
avatar
The Dark Knight
Bruce Wayne
MessageSujet: Re: Destroy everything industrial [with Batman & Evangeline]   Sam 29 Oct - 16:23

Destroy everything industrial



Dans son état normal, le chevalier noir aurait détecté l'approche de l'agent Hall. Une fois n'étant pas coutume, il fut autant pris au dépourvu que la méta-humaine sylvestre, lorsqu'une caisse vola droit sur cette dernière. Une partie de son cerveau lui ordonna de venger la rousse, à qui il devait servitude et obéissance. Un autre fragment de son esprit relia l'événement à la télékinésie, et à la première personne possédant ce don et susceptible de se trouver dans les parages. Comme pour confirmer son identité, Èvangeline apostropha l'intruse depuis sa position en retrait, avant de chercher à la neutraliser en pliant par la force de son seul esprit un outil métallique que même Batman n'aurait pu déformer à mains nues.

Monsieur ?

La voix du majordome dans son oreille rappela au combattant du crime qu'il se tenait présentement entre deux femmes dotées de pouvoirs... Une en uniforme, qu'il n'appréciait pas spécialement, et une autre, dont le costume formait un écrin plus qu'approprié pour valoriser son physique si tentant à contempler. Bruce savait qu'il devait agir. Tout de suite. Aussitôt, ses muscles se mirent en action.

A posteriori, le fils de Thomas Wayne ne saurait dire ce qui le poussa précisément à s'en prendre à l'agent Hall. Fusse une consigne soufflée à son oreille par la saboteuse aux yeux verts ? Une pulsion primitive trahissant sa méfiance vis-à-vis de l'ancienne pensionnaire d'Arkham ? Autre chose, ou un mélange de tout cela ? Ses gestes précis, en revanche, lui restèrent gravés en mémoire. Pour l'avoir étudié, Batman savait qu' Èvangeline possédait un pouvoir puissant, mais néanmoins limité par ses capacités de perception. Si lui lancer une commode aurait été inutile, pour la vaincre, multiplier le nombre de projectiles et les angles d'où ils provenaient constituait une approche nettement plus pertinente. Tout en fondant sur la policière, les mâchoires crispées en un rictus agressif, le Détective décocha un premier Batarang droit sur la jeune femme, puis un deuxième qui partit décrire une large boucle, avant de revenir vicieusement sur le côté gauche de sa cible. Un troisième vrombit en direction du flanc droit de l'émissaire du commissaire Gordon, suivit de près par deux autres projectiles tournoyant vers ses jambes. En guise de conclusion, le chevalier noir envoya un dernier Batarang, dont la course contournait largement  Èvangeline pour lui revenir dessus par-derrière.

Tel le prédateur nocturne qu'il était, Bruce arriva au contact de celle qui s'en était prise à l'intruse sans la moindre sommation, exploitant sa pluie de batarangs pour empêcher la méta-humaine de simplement le repousser d'une impulsion télékinétique. Vaguement conscient qu'il tentait d'immobiliser l'agent Hall, le quadragénaire entendit distraitement Alfred s'insurger à son oreiller.

Nom de... Monsieur ! Vous vous trompez d'ennemie !

Nauséeux, instable sur ses propres jambes, le PDG sentit que son majordome disait juste. Mais avant d'avoir pu rectifier son erreur, il se sentit saisi et emmené vers la rousse par un ensemble froid et rugueux de câbles. Revoir le visage de la séduisante sylphide réveilla la portion du cerveau de Bruce qu'il cherchait justement à faire taire, et soudainement, tout faire pour se libérer ne lui parut plus si pressant. Ou plutôt si, sauf qu'une douce lascivité menaçait de l'envahir conjointement, comme une couette réchauffant sa peau et amollissant sa résolution.

Toutes mes excuses, monsieur.

Un éphémère instant, une note suraiguë vrilla les tympans de Batman, telle une gifle sonique administrée depuis la Batcave par son conseiller. Grognant, le captif de la méta-humaine couverte de verdure camoufla son soubresaut en une maigre tentative pour s'extraire de ses liens végétaux. Incapable d'entendre ce que se dirent les deux femmes, le justicier de Gotham récupéra l'audition au moment où la criminelle consultait sa montre. Par chance, elle pensait toujours la chauve-souris sous son emprise, et emmena donc loin de la raffinerie le justicier, au lieu de le laisser mourir sur le site de la RPI.

Monsieur ? Râclez-vous la gorge, si vous êtes en mesure de me comprendre.

Aussi naturellement que possible, l'auditeur exécuta le signal.

Ouf ! J'ai fait en sorte que les hommes du GCPD s'éloignent du secteur, par précaution. Si mademoiselle Hall et vous peinez autant contre cette personne, inutile de risquer plus de vies.

L'information aida le prétendu esclave de la femme rousse à tenir son rôle de marionnette passive, lorsque la raffinerie explosa sous ses yeux masqués. Immédiatement, Bruce se sentit coupable. S'il avait pu récupérer toutes les fioles disséminées dans la structure, aucune source de chaleur n'aurait pu produire pareille réaction en chaine (qui, manifestement, provoquait une joie sans bornes à la responsable). Sautant sur l'occasion, le combattant du crime lâcha deux projectiles tranchants. Le premier sectionna la mauvaise liane retenant prisonnière Èvangeline, mais le second fit son œuvre, rendant sa liberté de mouvement au Détective.

Vous ne combattez pas le crime ; vous le perpétrez.

Batman s'empara de son spray alcalin, prêt à faire mourir tout végétal s'approchant de lui.

Vous allez à Arkham. À voir si ce sera de votre plein gré, ou inconsciente.

Gronda en guise l'ultime avertissement le quadragénaire, désormais sur le qui-vive maintenant qu'il connaissait le potentiel de séduction de son adversaire.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Avatar : Elizabeth Olsen
avatar
Co-Admin & Justice Girl
Evangeline Hall
MessageSujet: Re: Destroy everything industrial [with Batman & Evangeline]   Lun 31 Oct - 9:10



Destroy Everything Industrial


« Nature is queen, but every rose had it thorn and we must be careful of what we see all the day»

Evangeline était une femme très puissante, elle contrôlait parfaitement ses pouvoirs, néamoins, il y avait toujours des failles et Batman l'avait très vite trouver. Elle comprit rapidement que le chevalier noir, sans l'emprise du poison de la jeune rousse, avait fait des recherches sur elle. Elle savait qu'il ne lui faisait pas confiance à cause de son passé trouble à Arkham mais il comprendrait tôt ou tard qu'elle était du bon côté, elle n'avait jamais vraiment été du côté des méchants...

Quoi qu'il en soit, il l'avait capturer pour sa maîtresse, puis, elle avait prit le relais pour que la flic soit ammené à elle pour pouvoir un peu mieux parler en face à face. Les lianes vertes serraient pas mal la jeune métahumaine et elle comprit facilment qu'il ne fallait pas bouger pour ne pas être blesé d'avantages par celles-ci. Regardant la rousse droit dans les yeux, elle tentait de construire quelque choses avec ses mains, coincées entre les lianes.

Elle expliqua être du bon côté, qu'elle ne voulait que le bien de la planète. "Même pas en rêve Avait-elle simplement dit avant d'être secouer une nouvelle fois pour être emmené avec Batman, loin de l'usine. Elle indiqua que la batisse allait exploser. Trois secondes plus tard, les taules n'étaient plus que de mutiples morceaux noirâtre à cause du feu. Les mains d'Evangeline continuaient sans cesse, dans leur coin, de tenter de trouver la force necessaire à la liberation de celles-ci.

"Tu te dis pour l'écologie alors que tu viens de relâché des tonnes de dioxyde de carbonne!" avait-elle lâché avant de tombé au sol. Batman avait lâcher un projectile sur elle pour la libéré. "Désolé, j'aime pas la nature." Avait-elle dit avant que ses mains ne soit à nouveau libérée, elle lança alors une plaque d'acier sur la rousse pour tenter de la tenir prisonnière au mur. Elle allait vite, si bien que la rousse fut surprise, si bien que le plan de la policière marcha. La rousse se retrouva entre le mur d'un immeuble et la pièce en acier encore chaude dû à l'explosion qu'elle avait provoquer.  Mais si la rousse était neutralisé, elle pouvait toujours utilisé ses lianes pour s'en sortir...

Evangeline regarda Batman du coin de l'oeil. Depuis combien de temps était-il conscient? S'il avait emprisonner la jeune femme, elle irait clairement lui dire qu'il avait eu tord parce que, mine de rien, il avait bien serrer les liens ce Batsou.

- Adrenalean 2016 pour Bazzart

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bigbanguniverse.forumactif.org/

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Destroy everything industrial [with Batman & Evangeline]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Destroy everything industrial [with Batman & Evangeline]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mouchoirs Hypoallergéniques. [SOMA, KIARA, EVANGELINE]
» Arrived at Mahora ! { Evangeline Mac. Dowell }
» Evangeline AK McDowell
» ~ Evangeline ~
» Batman The Dark Knight Rises [DVDRiP]Action

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham needs you :: Gotham City :: North Gotham :: Centre Ville-
Sauter vers: